Voyager, c’est se lancer des défis, affronter ses peurs, sortir de sa zone de confort et engranger des petites victoires. De celles qui te font sourire à celles qui te rendent fières de toi, ces victoires sont le signe que tu apprends, que tu as entrepris quelque chose mais surtout que tu en retires des éléments pour ta vie d’après voyage. Sur le coup, on n’y prête pas forcément attention, dans le quotidien du voyage, et c’est dommage. 

Liste non exhaustive de ces petites victoires qui m’ont changées plus que je ne l’aurais pensé !

    • Voyager seule

giphy (2)

Oui, j’en ai déjà bien parlé mais JAMAIS je n’aurais pensé prendre un billet, à l’autre bout du monde pour seule bagage mon sac à dos. Alors celui là fait partie des grands pas que j’ai pu faire, des grandes décisions qui impactent plus qu’on ne le pense au début. Bon je pense que je t’ai assez parlé de mes voyages ici, mais si ça t’intéresse…

 

  • Rentrer dans une grotte

giphy (1)

Je sais, je sais, ne m’applaudie pas trop vite mais j’ai surmonté (un peu) ma claustrophobie. Oui, je suis le genre de personne à mal respirer quand je vois un documentaire sur des plongeurs en apnée, à faire de l’hyperventilation (comment ça je brasse beaucoup d’air ?) quand je me retrouve dans une foule bien dense, à éviter de prendre des tunnels, donc les grottes c’était mission impossible ou presque. Et puis, j’en ai visité. Des très grandes où on tenait à plus de 200 et une toute petite, où j’ai du ramper pour passer à certains endroits. Moi, ramper dans une grotte (j’en suffoque presque rien qu’à ce souvenir).

Entre deux pensées du style « Mais qu’est-ce que je fais là ? » à « Je pense que je vais mourir entre ces deux rochers », j’ai respiré un grand coup, suivi la lampe torche de mon guide et j’ai avancé. J’ai pris mon courage à deux mains, parce que de toute façon j’étais là et que je ne tenais pas spécialement à mourir de faim. Alors, j’ai continué, doucement jusqu’à la sortie. Même si j’étais encore terrifiée, et que j’aimerais bien éviter de revivre cette expérience, je l’ai fait, j’ai affrontée ma peur et j’ai visité cette grotte (spoiler : les grottes c’est vide, pas très intéressant et à part si tu es fan de pierres ou de moisissures, bah ça va moyen de plaire). Un peur de plus d’affrontée, comme quoi je suis capable de faire plus que ce que je pouvais penser, et ça c’est une pensée qui fait doucement du bien. 

 

  • Arriver tard dans une nouvelle ville

giphy (15)

Je suis arrivée à Bangkok vers 23h, j’ai pris le métro, puis un taxi moto qui ne savais absolument pas où était mon auberge… Je me suis sentie un peu démoralisée, à errer dans la station de métro avec mon backpack qui avait le poids d’un âne mort, à la recherche d’un taxi, ou au moins de quelqu’un qui connaissait de nom mon auberge. J’ai un peu paniquée au début et puis finalement j’ai respirée un bon coup, j’ai ri de tout ça, et j’ai trouvé mon lieu de dodo (et j’ai réveillé les propriétaires de l’auberge au passage…).

Le voyage m’a fait relativiser les petits tracas que je pouvais avoir au quotidien, c’est moment où ne sait pas du tout comment on va pouvoir s’en sortir et si on va devoir dormir au milieu de la rue. Relativiser, dans tous les domaines de ta vie et bien ça peut être bien utile. Et maintenant je me dis que je vais bien réussir à me débrouiller et puis au pire que je dormirai dans un autre endroit que celui prévu initialement (ce qui m’est arrivé ma toute dernière nuit en asie, à Ho Chi Minh où l’auberge fermait totalement à 23h et qu’ils n’avaient pas trouvé intéressants de répondre à mes mails, on adore…)

 

  • Suivre des inconnus

giphy (16)

Depuis que je suis enfant, on me dit de faire attention aux étrangers, qu’ils peuvent être mal intentionnés, qu’il faut se méfier,… Certes, il y a du vrai, je n’ai pas suivi n’importe qui dans la rue sous prétexte que je voulais me faire des amis et que le monde n’est peuplé que de gentilles personnes. Je fais confiance à mon instinct, et je suis déjà partie de situation qu’y ne me convenaient pas. Mais parfois, d’être ouvert et de sentir le courant passer avec d’autres personnes m’a permis de vivre des expériences assez improbables comme aller en boite avec seulement des laotiens qui faisaient des shots de bière, ou de faire un karaoké avec des canadiens dont je ne connaissais même pas les prénoms ou d’aller voir des chauves souris au couché du soleil au Cambodge. Je me suis laissée conseiller par des personnes que je ne connaissais pas, mais avec qui le courant est passé et avec qui j’ai vécu des moments un peu hors du temps. Quand le hasard se mêle à ton voyage et te rappelle que tout planifier n’est pas forcément la seule manière de découvrir le monde.

 

  • Me faire des amis des 4 coins du monde

giphy

L’Asie c’est le paradis des backpackers, des gens qui voyagent et qui veulent rencontrer de nouvelles personnes. J’ai fait beaucoup de rencontres, de quelques heures à plusieurs jours, des que je garde précieusement avec qui j’ai encore contact. Alors que ça soit dans ton auberge, lors d’une sortie organisée, dans un bus, sur une plage, au restaurant ou ailleurs, tu te fais très vite de nouveaux contacts. Qu’ils deviennent des amis ou non, j’ai été contente de les rencontrer, de partager ces moments hors du temps, et d’avoir fait de nouvelles rencontres. J’ai appris sur moi, sur le monde, sur de nouvelles cultures avec ces amis si différents. Et puis j’ai des endroits où je peux dormir un peu partout en France et ailleurs, on fait pire !

Publicités