Si tu me suis depuis quelques temps, tu te doutes que je ne risque pas de parler de spiritualité ou de grandes théories sur le voyage ici. J’aimerais te dire que j’ai découvert ma part de mysticisme cachée (j’admire d’ailleurs les gens qui y arrivent) ou que le sens de la vie s’est révélé à moi, mais je crois que je suis un peu passée à côté de ça (je le vis très bien, ne t’inquiète pas).

Mais j’avais quand même envie de te parler de ce qu’un long voyage « seul(e) » (je te renvoie à cet article pour comprendre pourquoi je met des guillemets à ce mot) peut t’apporter, le tout avec une bonne dose d’humour et de second degré. On y va ?

Je peux dealer avec ma face (comme disent les canadiens)

giphy (10)

(Quand je me dis bonjour le matin dans le miroir et que mon bronzage me fait plaisir)

J’étais le genre de fille à dire « je ne peux pas sortir de chez moi sans me maquiller », et c’était vrai. Rien de too much, mais quand même le strict minimum pour ne pas faire peur aux autres dans la rue. Et puis, en partant dans des pays où la température est en moyenne de 30° avec 80% d’humidité, tu abandonnes vite l’idée de te maquiller (pour éviter l’effet plastique fondu ou yeux de panda, rayez la mention inutile).

Et tu sais quoi ? Et bah je l’ai TRÈS bien vécu ! Je me suis même surprise à m’apprécier comme ça, je me suis rendue compte que personne ne me jetais des pierres dans la rue, que ma peau était contente et cette confiance nouvelle en moi je l’ai ramenée dans mes valises. Je me maquille beaucoup moins (mais je souris beaucoup plus), et je me suis rendue compte que si je faisais cela auparavant c’était en partie pour combler un manque de confiance en moi et répondre à une norme sociale. Sachant que j’ai plus confiance en moi, je peux donc moins me maquiller et vivre tout aussi bien.

En plus, d’avoir une relation plus apaisée avec moi, je dépense moins en maquillage (j’ai troqué ma carte Sephora pour une chez Decathlon, ou presque).

 

Je peux être intéressante même en anglais

giphy (11)

(Moi après ma première vraie conversation dans la langue de Shakespeare)

Ouais, bon, il faut partir du principe ici que je suis intéressante déjà en français (merci de faire au moins semblant pour le bon déroulement de ce paragraphe). Ce que je veux dire par là, c’est que je me sentais capable de me débrouiller en anglais, mais je ne pensais pas avoir de vraies conversations, sur des sujets variés, de pouvoir faire de l’humour ou même de draguer (au moins je suis sure que les mecs concernés ne liront jamais ça). C’était un de mes défis en partant, et je sais maintenant que cela va me servir dans la vie professionnelle et personnelle.

On en revient quand même à la confiance en soi et à un dépassement personnel hein ?

 

Je ne suis peut-être pas une si grande timide

giphy (4)

(moi quand j’essaye de dire bonjour à un inconnu en voyage…)

Quand on me demande de me définir, un des premiers termes que j’emploie c’est : « timide de primes abords », et puis je vois les gens rirent (oui parce qu’une fois que la barrière est tombée, on peut avoir peur). Je suis une stressée de pleins de choses, et le contact avec d’autres gens de mon espèce n’est pas facile pour moi. Mais en voyageant et en particulier « seul(e) », pas le choix de faire de nouvelles rencontres et donc de dépasser cette barrière.

Et je me demande si je ne me confortais pas dans cette soit disant timidité parce qu’elle m’arrangeait et me rassurait pour ne pas franchir certains obstacles, pour avoir une excuse toute prête en cas de besoin. Je ne suis toujours pas complètement soignée mais je sais que je peux faire des choses qui me semblaient folles et affronter cette timidité, au fur et à mesure. Petit à petit, je vais peut être réussir à décrocher mon téléphone sans avoir une boule au ventre (ne soyons pas trop optimiste tout de suite hein).

 

Je peux dormir partout

giphy (6)

Dortoirs pleins de bruit, sol d’aéroport, bus de locaux avec une température moyenne de 38° degrés, bateaux, avions, bord de plage,… Tous ces lieux ont été des lieux de dodo. Ça peut ne pas paraître grand chose comme faculté, mais ça fait toute la différence dans des voyages longs (coucou les 27h de trajet pour rentrer en France).

Par contre, je préviens, ce n’est pas donnée à tout le monde. Il faut des années d’entrainement pour atteindre mon niveau (je me suis quand même endormie avant le décollage dans un avion, pour vous donner une idée de mes capacités). Sans me vanter bien sûr…

 

Je peux vire dans 50L (bon, 65 pour être vraiment honnête)…

giphy (12)

J’avais pour contenir toutes mes affaires, 2 sacs à dos, le tout pour 5 mois. J’avoue que c’était un vrai défi pour moi. Faire tenir ma vie, dans ces deux sacs et rien que dans ces sacs (bah oui parce que c’est moi qui doit les porter après). Alors même si j’ai eu du mal à savoir ce que j’allais devoir porter pendant ce voyage (au revoir escarpins, petites blouses, jupes,…), ça m’a fait du bien de prendre le minimum, de me recentrer sur l’essentiel, de prendre doucement confiance en moi et de donner un peu moins d’importance à mon apparence.

On ne va pas se mentir, j’étais quand même contente de retrouver ma garde robe et mes chaussures. J’ai redécouvert mes vêtements et j’ai eu l’impression d’avoir une nouvelle penderie gratuitement, un bonheur !

 

Je ne suis pas sportive mais je me soigne

giphy (13)

Ça, je le savais bien avant de partir. Quand l’épreuve de bac de sport est une angoisse et que ton jogging te sert de pyjama, faire du sport ou une activité physique sous la chaleur devient un défi. Alors oui, j’ai soufflé en montant 700 marches au Cambodge et la montée dans les temples d’Angkor a été (un peu) une galère. Oui, les 6h de kayak au Laos m’ont donné des courbatures pendant 2 jours. Oui, la montée du mont Ijen en Indonésie a été compliquée pour moi.

Mais j’ai fait tout ça et si tu savais comme j’en suis fière. Je suis capable de bien plus de choses que ce dont je pensais physiquement mais aussi mentalement. Dans le voyage mais aussi dans ma vie personnelle, et mon dieu que ça fait du bien.

 

Et toi, ça t’a appris quoi le voyage (et en particulier le voyage solo) ? 

Publicités