J’en parlais déjà en criant haut et fort mon amour du voyage ici, je suis partie en sac à dos pendant presque 5 mois en Asie du Sud-est, mais je suis surtout partie SEULE (en général c’est ce mot qui retiens l’attention, plus que tout le reste).

LA question que j’ai le plus entendu quand je parle de mon voyage, ou bien même quand j’étais encore sur la route c’est : « Mais tu voyages seule, genre vraiment seule ?» (non, non j’ai tous mes amis dans mon backpack, tu ne les vois pas ? ).  Viens ensuite les interrogations sur ma peur (ou la peur que projette les gens sur ce voyage solo), sur mes inquiétudes, sur ma sécurité, sur le fait d’être une fille seule dans certains pays, sur mon « courage » (oui je met de GROS guillemets), et j’en passe…

Le voyage solo fait rêver, il inspire et appel au respect autant qu’il fait peur (ce que je peux comprendre). Alors je vais tenter d’éclaircir quelques points, détruire quelques mythes que l’on peut avoir quand on n’a jamais voyagé seul(e). Parce que si ce sont ces points qui te freinent pour sauter le pas du voyage solo, alors lis ça, ça ira mieux (enfin peut être, enfin j’espère). Prêt(e) à enfiler tes baskets et à prendre ton backpack avec moi à la fin de cet article ?

(Je ne suis responsable en rien de l’addiction aux voyages solo qui peut découler, cordialement)

 

Mythe n°1 : tu t’ennuies quand tu voyages seul(e)

giphy

Alors tout d’abord, on ne voyage jamais vraiment seul(e), je sais cette affirmation paraît étrange quand on n’a jamais expérimenté le voyage solo. Il y a du monde partout, dans les restaurants, les auberges, les sites touristiques, les transports, qui voyagent (seuls ou pas) et qui sont tout aussi avides de faire de nouvelles rencontres ! Ils partagent en plus ta passion du voyage, donc le contact ce fait très facilement !

Alors bien sur, j’ai préparé et fait mon sac seule, j’ai créé moi-même mon itinéraire, j’ai fais mes réservations, j’ai projetée mon voyage et j’ai surtout vécue mon angoisse avant de partir (pas facile de te plaindre à ton entourage quand c’est toi qui a pris la décision de voyager à l’autre bout du monde, hein). Mais cette solitude c’est très vite dissipée dès mes premiers jours de voyage.

Mais sur place, il n’est jamais aussi facile de rencontrer de nouvelles personnes (locales ou touristes) que quand on voyage seul(e). Les gens sont curieux, intéressés et très bienveillants. Et puis il y a des tas de voyageurs solo sur cette terre ! (je me suis retrouvée dans une auberge à Kuala Lumpur, avec seulement des backpackeurs solo dans mon dortoir. À peine mon sac posé, nous étions tous parti pour dîner ensemble. Elle est pas cool la vie de voyageur solo ?).

Le fait d’être seul(e) permet de créer plus facilement le contact, de s’intégrer à des groupes et donc de n’être que rarement seul(e) (ou alors dans les moments que l’on choisi). Certes, vos amis et votre famille vont vous manquer mais vous allez trouver de nouveaux amis sur la route. Le voyage créer des liens magiques, je vous le promet.

Néanmoins, il faut être prêt(e) à être seul(e) parfois, à visiter seul(e) si on ne fait pas de rencontres qui nous correspondent. Je préfère pour ma part ne pas me forcer à rester avec quelqu’un si le courant ne passe pas ou si nous avons des attentes différentes sur le voyage. Et parfois j’ai juste besoin d’être seule sur la route, de me retrouver, et de vivre certains moments dans une solitude, pour la savourer pleinement.

Il ne faut pas vivre la solitude comme une tragédie, il faut y être prêt(e) sans la subir. On ne peut pas trouver tout le temps des gens qui partagent notre manière de voyager surtout sur de longues périodes. Alors oui, vous serez parfois seul(e) mais on ne s’ennuie pas pour autant. j’ai fait des visites qui ME correspondaient, j’ai mangé quand et où je voulais, j’ai lu et j’ai pris du temps pour moi.

Juste pour information : ces conseils viennent d’une grande timide qui s’est ouvert peu à peu sur la route. Alors si vous êtes un minimum sociable, que vous aimez découvrir de nouvelles personnes que la vie traditionnelle ne vous aurait jamais apportée et bien partez seul(e), vous n’en reviendrez que plus riches de rencontres !

Mythe n°2 : voyagez seul(e) c’est dangereux

giphy (1)

Bien sur, je ne parle pas de pays en conflits ou avec des situations politiques complexes mais dans tous les pays que j’ai eu la chance de visiter seule : je n’ai jamais sentie la peur. Quelque soit la culture, la religion dominante ou le régime politique, je n’ai pas sentie de danger venant des locaux (oui en voyage je m’inquiète plus des touristes totalement saouls que des locaux). Alors certes, tu ne mettras pas de short dans un pays à majorité musulmane, et tu éviteras de boire un verre de trop pour pouvoir t’occuper de toi sans craintes, mais hormis ces quelques éléments aucune crainte à avoir.

Je vis en région parisienne et j’ai souvent plus peur dans les transports de mon pays que dans les grandes capitales que j’ai pu faire. Certes, faites attention mais pas plus pas moins que dans votre quotidien. Des mauvaises rencontres se font partout, au bout de la rue ou au bout du monde alors ne partez pas plus stressé(e) que vous l’êtes en temps normal ! Et puis si c’était si dangereux, est-ce que l’on serait autant à voyager et revoyager et rerevoyager seul(e) ?

Je suis surement utopiste et humaniste, mais ces mois sur la route m’ont confortés dans l’idée que l’Homme est bon.  Et puis ça serait sincèrement bête de se freiner alors que le monde à tant de belles choses à vous offrir non ?

Conseil : Pour commencer vous pouvez aller dans des pays proches (j’ai commencé par Prague pour ma part !), où dans lesquels vous parlez la langue ou avec de nombreux touristes ce qui peut vous rassurer ! Mettez vous dans les meilleures conditions pour profitez de cette aventure. J’ai éviter l’Inde (qui me tente pourtant follement !) parce que je ne me sentais pas prête pour ce premier long voyage solo ! Pour une prochaine fois peut-être !

Mythe n°3 : il faut être courageux(euse) ou fou, au choix, pour partir seul(e) en voyage

giphy (2)

« Tu es courageuse de partir si loin, si longtemps et surtout seule », voilà une des phrases qui revenait souvent dans les conversations que j’ai pu avoir avec mon entourage avant de partir. Au delà du fait que ça ne me rassurait PAS DU TOUT (quand tu t’apprêtes à partir, ce n’est vraiment pas le genre de phrases qui rassure), c’est surtout totalement faux.

Je suis loin d’être une fille courageuse, je suis plutôt une citadine, je sursaute régulièrement, je fais partie de la génération qui a peur de décrocher son téléphone, et partir était un besoin à ce moment là de ma vie, voilà tout. Pas de courage ni de bravoure ici, juste une envie qui devenait bien trop grandissante et que je devais assouvir. J’ai failli bon nombre de fois ne pas sauter le pas, je stressais derrière mon écran en achetant ce fameux billet d’avion, en m’occupant des aspects administratifs, en passant même ma première douane. Mais les sensations que provoquent le voyage, cette liberté, cette découverte, cette émerveillement constant, ça vaut tous les petits stress du monde.

Tu peux partir loin si tu as peur de pleins de choses, que le stress est une seconde nature et que manquer un bus/train/avion/ ou avoir un problème de visa t’inquiète. Tu reviendra plus confiant(e) et moins stressé(e) sur une tonne de petites choses (parole de scout, enfin d’ancienne grande stressée de la vie).

FB_IMG_1492098824390

Est-ce que j’ai l’air stressée, triste ou folle ? Je vous laisse en juger à la taille de mon sourire.

Alors prêt(e)s à tenter l’expérience ? Vous avez déjà fait un voyage en solo ?

Dites moi tout !

 

 

 

Publicités