En zappant entre deux épreuves des JO, je suis retombée sur un programme que je regardais il y a de ça quelques années, « Nus et Culottés » sur France 5 (oui, ça m’arrive de regarder cette chaîne, ne me jugez pas !).

S’inscrivant dans la lignée de « J’irais dormir chez vous » avec Antoine de Maximy sur France 5, deux garçons partent nus d’un endroit avec un objectif en tête (boire un thé avec un Lord, manger un chocolat avec le roi des belges,…). Le tout sans argent, avec juste 3 caméras pour filmer leur périple et en se posant la question : « Est-il possible de voyager, de nos jours sans argent en comptant juste sur la générosité des gens ? ».

Ils vont à la rencontre des locaux, les aident dans certains travaux en échange d’un repas, d’un pantalon ou juste d’un moment. Ils se réchauffent à la chaleur humaine, croit à la rencontre, au hasard, à la bienveillance, tout en posant un regard d’enfant sur ce monde.

 

Nus et culottés

ça me donne follement envie de partir en vadrouille en stop ! 

 

Je suis partie seule, en sac à dos, dans plusieurs villes d’Europe (Prague, Bruxelles, Vienne et Bratislava mais j’ai bien l’intention d’agrandir cette liste rapidement !) et j’ai eu la chance (dois-je vraiment appeler ça de la chance ? Est-ce que je n’ai pas moi-même créé ces opportunités ?) de vivre un bout de cette utopie. Je suis partie en ayant peur, une fille qui voyage seule, il y a plus rassurant pour la famille et les amis. Et puis, au bout de quelques heures, j’ai abandonnée ma peur, j’ai très vite rencontré des gens qui sont venus me parler, avec qui j’ai partagé un moment, un éclat de rire ou juste un sourire. Et ça m’as fait tellement de bien de vivre simplement mais surtout pleinement.

2048669_nuscol7Et si on profitait de tous les petits moments, même ceux qui semblent les plus insignifiants ? 

 

Je me suis fait amis avec un groupe de garçons venus fêter un enterrement de vie de garçon à Bruxelles. Je leur ai indiqué un bar sympa, on a pris un verre, puis plusieurs et je suis restée avec eux tout le week-end. On a ri, on a échangé, on s’est raconté nos vies, sans barrières puisque au pire, on ne se reverrait pas. On apprend sur soi et sur le monde en se laissant ouvert à toutes les opportunités. Un peu dans la veine de ce programme, à n’en pas douter.

Après avoir revu un épisode, j’ai filé sur la chaîne Youtube, histoire d’avoir ma dose de bons sentiments mais aussi de « rencontrer » des gens au parcours atypique, mais qui t’enrichissent. Et si on croyait un peu au hasard mais surtout à la bienveillance des gens ? .

C’est ce que dis cette émission, que les gens sont bons, que la vie peut être douce si on lui sourit. Ça m’a donné aussi de renfiler mes chaussures et de partir à la rencontre du monde, des gens mais surtout de moi-même… Vous me suivez ?

 

Publicités