Un livre prêté, comme ça, par un proche. Je connais de nom cet auteur mais pas son écriture ni sa patte, je tourne les pages de cet ouvrage qui aborde un sujet qui me touche depuis de nombreuses années, la Shoah. Enfin pas la Shoah en elle-même, mais la naissance de cette haine, de ce génocide, du Hitler politique et grand orateur, mais pas que.

Depuis que j’ai l’âge de comprendre  ce qu’il a pu se passer durant ces années d’horreur, je tente de me documenter, je suis allée sur les lieux du massacre, j’ai voulu en savoir plus, ou du moins tenter de comprendre, pour que cet événement ne s’étiole pas dans les mémoires contemporaines. Je n’ai pas de famille qui a connu cette horreur, mais il s’agit pour moi d’une blessure universelle dans l’histoire occidentale. Un passage noir, une haine qui n’avait pas vraiment de point de naissance, ou en tout cas que je n’avais pas compris tacitement jusqu’alors.

En ouvrant ce livre, j’avais déjà eu un bref résumé. Mettre en parallèle la réalité avec la monté d’Hitler au pouvoir, et une fiction basée sur la réussite de ce dernier aux beaux-arts. Les récits s’entrecroisent, se chevauchent presque, on va de l’un à l’autre, de ce petit artiste à cet homme qui a marqué l’histoire de manière indélébile.

On navigue entre ces deux histoires, d’un même homme mais qui aurait changé du tout au tout si l’on se fie à ce livre… On se surprend à avoir de l’affection pour cet artiste ; pour son évolution ; sa vie de misère, création, et de rencontres  dans une Autriche en guerre ; qui est frappé par les drames ; un anti-héros comme je les aime. Et puis un autre paragraphe débute, nous contant l’histoire de cet homme froid, qui semble sans âme, qui n’a pour seul don que de diriger les esprits et d’être bon orateur de la haine. On le déteste, mais on veut comprendre, aller au-delà de ces lignes, de ces pages, de ces idées reçues, juste une soif de saisir l’insaisissable mais surtout d’apprendre.

 

On vient à se demander ce que nous serions si nous n’avions pas fait entrer cette personne à cet instant T de notre vie, si nous n’avions pas pris cette trajectoire mais une autre, si cet événement ne c’était pas déroulé. Sommes-nous totalement maître de notre destin, de nos actes ou encore de notre vie ? Ce livre ouvre le débat.

On ne compte plus les livres ou les films sur cet épisode de l’histoire, mais qu’elle serait notre histoire à tous si, à Vienne, Adolf Hitler était reçu aux beaux-arts ? Le livre tente de donner une réponse, de refaire l’Histoire. Il s’agit d’un livre nécessaire pour comprendre, ne serait-ce qu’un peu et moi j’en avais besoin.

 

 

Publicités